ACTUALITÉS

mercredi 17 juin 2020

Le poids du réseau en temps de crise

Par Charlotte Bellet

En temps de crise, l’appartenance à un réseau est tout à la fois une chance et un risque. Un bref retour sur expérience permet d’en tirer d’utiles leçons pour l’avenir.

Conclure un contrat de franchise, ce n’est pas seulement s’engager à l’égard d’un franchiseur. L’acte vaut également affiliation à un réseau dont la dimension collective soulève des questions pratiques essentielles. En temps de crise, sanitaire ou autre, le poids du réseau est susceptible d’en faire un appui solide au profit de chacun de ses membres. C’est toujours la même idée : l’union fait la force et la solidarité est souvent payante. Les franchisés d’une même enseigne ont raison de se sentir mieux armés que d’autres entrepreneurs plus isolés. Ne serait-ce que parce qu’une crise justifie certaines obligations à la charge du franchiseur chargé de piloter le navire. Encore faut-il se garder de tout angélisme : ce poids du réseau peut également s’avérer fort lourd, voire handicapant. Il peut être à l’origine de différents litiges.


Si le réseau est fondamentalement un appui appréciable en temps de crise, il est aussi potentiellement un redoutable ennemi.

Le réseau doit être un appui

Il y a au moins deux raisons : d’une part, l’appartenance à un réseau créé nécessairement plus de coopération ; d’autre part, elle fonde des devoirs particuliers à la charge du franchiseur.

La coopération des franchisés

Le réflexe est assez naturel : dès l’apparition d’une crise dans un réseau, les énergies font masse pour faire face. Les franchisés savent bien qu’il leur faut jouer collectif. Il s’agit de mettre en commun ses expériences et de mettre en place un véritable laboratoire d’idées. Chacun doit pouvoir librement exprimer sa compréhension de la situation, sa manière d’envisager l’avenir, ses idées quant aux mesures à mettre en place, ses difficultés, etc. Le dialogue est une construction qui participe de l’efficacité d’un réseau de franchise en général. Il en va donc à plus forte raison ainsi dans une période de crise aigüe. L’épidémie du covid-19 a eu au moins cet avantage d’y avoir sensibilisé les acteurs du monde de la franchise. Dans de nombreux réseaux, les franchisés ont rivalisé d’imagination afin de se serrer les coudes. Les nouvelles technologies ont favorisé les visio-conférences, les groupes de discussion et autres modes de communication qui ont été autant de laboratoires d’idées et de plateformes d’échanges et d’assistance mutuelle. A cet égard, les franchisés du réseau de restauration Poivre Rouge ont été exemplaires. Tous ont immédiatement compris l’intérêt de se transmettre régulièrement les informations relatives à l’obtention des aides, à la mise en place du chômage partiel, aux assurances afin d’amortir les effets de la crise. Tous se sont également mis en rang afin de préparer le dé-confinement en adaptant leur carte, leur stock et leurs approvisionnements à la nouvelle donne sanitaire. Alors même que le concept reposait sur la tenue d’un buffet devenu impossible avec les règles de distanciation sociale, ils ont trouvé des solutions originales afin de tenir bon.


Les franchisés ne peuvent pas compter uniquement sur le franchiseur, ils doivent aussi faire confiance à la force que leur groupe est lui-même susceptible de libérer.

Les obligations du franchiseur

Le franchiseur est un rempart contre les offensives menées contre le réseau qu’il a mis en place. Que ces offensives viennent de la concurrence ou d’une autre cause, il a l’obligation de réagir. A plus forte raison en temps de crise ! A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Le franchiseur doit faire preuve d’imagination. Au-delà des clauses qui organisent des réunions ponctuelles, il lui faut mettre en place une cellule de crise et s’adapter. Même lorsque les points de vente font l’objet d’une fermeture administrative, des actions de communication peuvent être mises en place afin de montrer la pugnacité, la solidarité du réseau. Certaines enseignes de la restauration rapide ont ainsi diffusé la vidéo de leur arrière-cuisine en montrant sur un ton humoristique toutes les précautions sanitaires prises pour la vente à emporter.

Le réseau peut être un ennemi

A chaque médaille, son revers. La logique du nombre peut être une force, mais elle implique aussi une discipline dont les pesanteurs sont parfois très présentes. Au reste, elle n’empêche pas l’opportunisme de certains franchiseurs. Les inconvénients d’appartenir à un réseau en temps de crise sont ainsi tout à la fois structurels et ponctuels.

Des pesanteurs à surmonter

Le réseau est une organisation qui exige une certaine homogénéité. Or celle-ci justifie l’édiction de règles communes. Pas question de le remettre en cause bien sûr. Il n’empêche : l’indépendance des franchisés s’en trouve parfois compromise dans des conditions discutables. Certaines têtes de réseau ont ainsi imposé de fermer leur point de vente à l’ensemble de leurs franchisés, pour toutes leurs activités, alors même que certaines de ces activités ne faisaient l’objet d’aucune interdiction administrative. Un commerçant exerçant de manière isolée disposait d’une souplesse plus grande afin d’aménager son activité au besoin. C’est vrai ne serait-ce que pour la communication. Alors que la plupart des contrats de franchise imposent aux franchisés l’autorisation du franchiseur pour la moindre campagne de publicité locale, le commerçant isolé est seul maître à bord.

Un opportunisme à surveiller

Certains franchiseurs sont parfois tentés de profiter d’une crise afin d’adopter des mesures résolument contraires aux intérêts de leurs franchisés. Un tel opportunisme est alors une source inévitable de conflits. Deux exemples suffiront à illustrer le propos : s’agissant de la facturation des redevances d’une part, de la commercialisation par internet d’autre part.


© 2020 - BMGB
SCP Bourgeon Meresse Guillin Bellet et Associés
Mentions légales